Cigarette électronique : la norme AFNOR exclut déjà l’utilisation du diacétyle comme ingrédient dans les e-liquides

Le diacétyle, identifié par une étude américaine dans des liquides de cigarettes électroniques, est un ingrédient déjà exclu par la norme AFNOR publiée en mars 2015.

La France est en avance. C’est le message que rappelle Bertrand Dautzenberg, président de la commission de normalisation AFNOR sur les cigarettes électroniques et les e-liquides. « L’étude publiée par Harvard mentionne la présence de diacétyle, qui est un ingrédient dangereux, dans les produits américains. En France, nous avons déjà des normes volontaires qui cadrent les pratiques et interdisent notamment cet ingrédient dans les e-liquides » résume Bertrand Dautzenberg.

Initiées par l’INC et sous l’égide d’AFNOR, les deux premières normes d’application volontaire sur les cigarettes électroniques et les e-liquides établissent des critères de sécurité, de qualité et fixent les informations à fournir aux consommateurs depuis mars 2015. Pour les e-liquides, la norme XP D90-300-2 définit, entre autres, des exigences de composition dont des listes d’ingrédients exclus. Elle définit aussi des valeurs limites maximales pour certaines impuretés indésirables et des exigences à propos du contenant.

LES FABRICANTS FRANÇAIS L’ADOPTENT PROGRESSIVEMENT

« Les principaux fabricants français ont déjà adopté la norme AFNOR » insiste Bertrand Dautzenberg. Elaborées par près de 60 organisations, dont des fabricants et distributeurs de e-liquides, des laboratoires d’essais et des représentants de consommateurs, les normes AFNOR sont aujourd’hui au cœur d’un projet de norme européenne, piloté par la France. Plus de vingt pays sont engagés dans ce projet collaboratif.

<> En savoir plus sur les normes AFNOR…

> En savoir plus sur le projet de normes européennes…

 

Image © scyther5 / Shutterstock