Clavier français : AFNOR ouvre le projet de norme aux commentaires

Clavier français : AFNOR ouvre le projet de norme aux commentaires

Clavier français : AFNOR ouvre le projet de norme aux commentaires

AFNOR ouvre aux commentaires de tous et jusqu’au 9 juillet le projet final de norme volontaire imaginé pour augmenter les capacités d’écriture du clavier informatique français. Deux modèles sont proposés : un AZERTY amélioré et un BÉPO.

Sollicité fin 2015 par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (ministère de la Culture), AFNOR a constitué un groupe de travail pour définir un nouveau modèle de clavier AZERTY. L’objectif initial était de répondre aux besoins dactylographiques de notre temps en augmentant les possibilités d’écriture, pour permettre à chacun d’écrire selon ses préférences et selon les règles qu’il s’impose. Ainsi, sur les claviers actuels, les caractères spéciaux couramment utilisés aujourd’hui ne sont pas toujours faciles à taper et donne lieu à diverses acrobaties digitales… ce qui milite pour repenser la disposition des touches. « Le contrat a été pleinement respecté, assure Philippe Magnabosco, chef de projet au sein de l’organisme spécialiste des normes volontaires, mais c’est aujourd’hui aux utilisateurs et aux professionnels de se prononcer en participant à l’enquête publique. »

Deux modèles de clavier proposés

La norme propose deux options, laissant aux fabricants la liberté d’adopter la configuration qui se prête le mieux à leurs marchés. La première option est un modèle de clavier AZERTY amélioré. Les 26 lettres de l’alphabet et les chiffres ne changent pas de place, contrairement à certains autres signes tels que certaines voyelles accentuées, l’arobase, les accolades… Le point devient accessible sans passer par la touche Majuscule. Les majuscules accentuées sont aussi rendues possibles. La palette des signes typographiques est élargie, pour faciliter la création sans pour autant recourir à des logiciels professionnels. « Il n’y a pas de révolution, mais une petite appropriation sera nécessaire pour les utilisateurs. Pour autant, les bénéfices attendus compensent largement les quelques changements à intégrer », promet Philippe Magnabosco.

Cette disposition s’appuie sur les recherches d’une université finlandaise qui a développé une simulation de saisie en intégrant les pratiques d’utilisateurs tapant, avec trois comme dix doigts, divers corpus de textes (littéraires, journalistiques, tweets, codes informatiques). Une annexe scientifique est d’ailleurs proposée dans la norme, pour partager les résultats de ces travaux innovants.

La deuxième option proposée par la norme est celle de BÉPO, connue comme disposition de clavier francophone alternative, ergonomique et libre. « Les représentants de BÉPO ont saisi l’occasion pour faire à nouveau évoluer leur dispositif », ajoute le chef de projet AFNOR.

Un projet très collectif

L’enquête publique constitue la suite logique du travail collaboratif piloté par AFNOR. Elle vise à compléter le travail réalisé en commission. « Tout le monde ou presque utilise un clavier aujourd’hui, donc nous nous attendons à recevoir beaucoup de commentaires, comme en témoignent les échanges sur Twitter autour du mot-dièse #clavierfrançais », observe Philippe Magnabosco. Chaque participant sera convié lors d’une réunion de dépouillement le 12 juillet à Paris pour soutenir sa proposition, et participer directement au projet. La norme, numérotée NF Z71-300, sera publiée en septembre. Elle pourra être utilisée par les fabricants mais aussi mentionnée comme référence dans le cadre d’appels d’offres publics ou privés.

> Découvrir le projet et le commenter

Contact presse : Olivier Gibert – 01 41 62 84 17 – presse@afnor.org

© ShutterStock/Markus Mainka

A propos d’AFNOR

AFNOR est l’organisme français de référence pour les normes volontaires. Il gère la collection des documents qui existent et anime les travaux des parties intéressées pour la création, la révision des normes et pour défricher les sujets pouvant donner matière à en élaborer de nouvelles. Lancée à l’initiative des acteurs du marché, la norme volontaire est un cadre de référence qui vise à fournir des lignes directrices, des prescriptions techniques ou qualitatives pour des produits, services ou pratiques au service de l’intérêt général. Tout le monde peut participer à sa création et toute organisation peut ou non l’utiliser et s’y référer. C’est pourquoi la norme est dite volontaire. En coordinateur de la normalisation en France, AFNOR affiche une ambition : contribuer à la diffusion de bonnes pratiques et de solutions efficaces, au bénéfice de tous. normalisation.afnor.org

Tags: