Bilan 2021 d’AFNOR : un groupe résilient

Lundi 27 juin 2022, AFNOR a réuni ses adhérents en assemblée générale à Paris sous la présidence de Marc Ventre. L’année 2021 a été marquée par un double virus, biologique et informatique, qui a perturbé l’activité, mais pas les résultats.

Forte de 1 490 membres adhérents au 31 décembre 2021, dont 86 % d’entreprises, l’association AFNOR a tenu son assemblée générale 2022 le 27 juin à Paris, sous la présidence de Marc Ventre. Le rapport moral présenté et approuvé fait état d’un bilan financier résilient, malgré les perturbations causées par deux virus : celui du covid-19, à l’origine de la pandémie du printemps 2020, et un virus informatique, responsable d’une cyberattaque ayant paralysé le système d’information du groupe au printemps. Pendant toute l’année, et pour honorer le plan de continuité d’activité réactivé en 2020, AFNOR a eu à cœur d’assurer la continuité de service pour ses clients et partenaires et de protéger ses 1 210 salariés.

Sur le périmètre des activités de l’association (normalisation, édition), les résultats font apparaître un résultat net positif de 2 M€, sur un chiffre d’affaires de 68,2 millions d’euros, hors subvention publique (6,1 M€). Ces chiffres sont consultables dans le rapport d’activité et de responsabilité sociétale 2021 accessible ici.

Au service de la souveraineté économique européenne

En tant qu’enceinte accueillant tous les acteurs de l’économie française, la normalisation a voulu se placer au cœur des débats de la présidence française de l’Union européenne (PFUE), qui a couru du 1er janvier au 30 juin 2022. En effet, les normes volontaires sont des outils insoupçonnés pour gagner en souveraineté, réussir sa transformation numérique et sa transition verte. La Commission européenne l’a rappelé lors d’un colloque tenu le matin-même, par la voix de son commissaire au marché intérieur Thierry Breton. AFNOR a ainsi mis en avant deux chantiers : celui d’une future norme internationale sur l’égalité femmes-hommes, inspirée d’un premier document français – projet sous animation tricolore à l’Organisation internationale de normalisation – et une feuille de route normative pour l’écosystème de l’intelligence artificielle. Retrouvez ici l’ensemble des actions entreprises dans le cadre de la PFUE.

L’assemblée générale d’AFNOR a également été l’occasion d’apprécier les performances d’AFNOR, au nom de la France, en termes de prises de responsabilités sur l’échiquier normatif européen et international. L’édition 2022 du baromètre international de la normalisation fait apparaître une 2e place de la France sur la scène européenne (CEN-CENELEC) derrière l’Allemagne et une 3e place sur la scène internationale (ISO-IEC) derrière l’Allemagne et les Etats-Unis, au coude-à-coude avec la Chine, le Japon et le Royaume-Uni

De nouveaux administrateurs pour AFNOR

A l’issue de l’assemblée générale 2022 d’AFNOR, font leur entrée au conseil d’administration les acteurs suivants :

Représentants directs ou indirects des entreprises :

  • Cerema (Erick Lajarge)
  • Enedis (Gilles Nativel, renouvellement)
  • Fédération française du bâtiment (Eric Durand)
  • Fédération française des télécoms (Michel Combot)
  • LCIE Bureau Veritas (Marie-Elisabeth d’Ornano)
  • Michelin (Priscilla Kolodziejczyk, remplace Bertrand de Labareyre)
  • RTE (Gabriel Bareux)
  • Schneider Electric Industries (Carine Glas)

Pour les consommateurs :

  • Association Léo-Lagrange pour la défense des consommateurs (Ludivine Coly Dufourt, renouvellement)
  • Confédération nationale des associations familiales catholiques (Alain d’Anselme)

Pour les ONG agréées :

  • Agence du don en nature (Romain Canler)