Tour de cou pour le ski : ce que disent les recommandations AFNOR

Tour de cou masque barrière

Si vous envisagez d’aller aux sports d’hiver cette année, vous avez peut-être été interpellé.e par ces tours de cou se revendiquant « conformes à la norme AFNOR » dans les rayons d’articles pour le ski des magasins spécialisés. L’idée est brillante : en proposant une protection à la fois contre le froid et contre la covid-19, à la place d’un masque ordinaire, cet accessoire fait d’une pierre, deux coups. A l’heure où l’on connaît une cinquième vague pandémique, que faut-il penser de ces allégations ?

Lorsque le fabricant de votre tour de cou revendique une « conformité », une « homologation », une « certification » AFNOR, il faut le comprendre comme une auto-déclaration (voir nos explications sur la notion de certification plus bas). En l’occurrence, l’équipementier indique que pour fabriquer et tester son produit, il a suivi les préconisations du document AFNOR SPEC S70-001, intitulé « Masques barrières pour le sport – Guide d’exigences minimales, de méthodes d’essais et d’usage ». Ce document, c’est celui qui a été mis au point en février 2021 par les professionnels du secteur dans la perspective, à l’époque, de la réouverture des salles de sport.

Essais en usine : des spécifications adaptées

Contrairement à son grand frère S76-001 qui a connu son heure de gloire auprès des couturiers et couturières au printemps 2020, lorsque la France manquait de masques, ce guide est destiné aux industriels afin de leur donner des spécifications sur :

  • le dispositif d’ajustage à la tête (ici, en tour de cou)
  • l’efficacité de filtration du matériau et ses dimensions
  • la résistance respiratoire et la perméabilité à l’air
  • la teneur en dioxyde de carbone de l’air inhalé.

Par exemple, en termes d’essais de perméabilité à l’air sur les tissus, l’AFNOR SPEC précise que pour les masques en tour de cou, il convient d’assurer une valeur d’au moins 130 l/m²/s avec une dépression de 100 Pa (au lieu de 200 à 300 l/m²/s minimum pour les autres modèles de masques barrières pour le sport). De même, comme pour les masques barrières grand public de catégorie 1 (désormais la seule autorisée), l’efficacité de filtration du matériau pour des particules de 3 microns doit être supérieure à 90 %.

Le duo masque + gestes barrières

Comme tous les autres modèles de masques barrières pour le sport, le tour de cou « aux normes AFNOR » vient compléter gestes barrières et règles de distanciation physique, n’exonérant en rien du respect des consignes, éventuellement plus strictes, des autorités compétentes en matière de sports d’hiver et de remontées mécaniques. Rappelons que début novembre, le gouvernement a rendu obligatoire le port du masque dans les remontées mécaniques.

Sur l’étiquette de votre tour de cou pour le ski, la bonne mention est donc celle de la conformité aux spécifications AFNOR. Celles-ci recommandent d’ailleurs au fabricant d’apposer la mention visible « MBS AFNOR SPEC S70-001 » sur le produit. Et c’est bien une auto-déclaration : le masque barrière pour le sport n’est pas soumis à une évaluation de conformité obligatoire. Votre fabricant peut toujours chercher à se démarquer avec une qualité et des performances attestées par quelqu’un d’autre que lui. Il se tournera alors vers la certification NF Masques barrières, puisque dans ce cas, les produits passent entre les mains d’un organisme tiers vérificateur. Et pourra ainsi bien employer l’expression « certification ». Toutefois, au 1er décembre 2021, aucun modèle tour de cou ne l’arborait encore.