AFNOR et le DIN saluent la signature du traité d’Aix-la-Chapelle pour une plus grande coopération économique entre Paris et Berlin

Accord France Allemagne

Mardi 22 janvier 2019, Angela Merkel et Emmanuel Macron ont signé un nouveau traité franco-allemand qui renforce le travail commun au bénéfice du Marché unique, soutenu par les normes volontaires.

Christoph Winterhalter, président du comité éexécutif du DIN ©DR

En tant qu’organismes nationaux de normalisation français et allemand, AFNOR et le DIN ne peuvent que soutenir en particulier le premier article du traité : renforcer et approfondir la construction européenne et le Marché unique. Le DIN et AFNOR seront en première ligne pour aider à atteindre cet objectif, comme ils l’ont été au cours des dernières décennies. En effet, « le Marché unique ne pourrait pas fonctionner sans la normalisation. La normalisation européenne est la condition préalable à son existence ! », rappelle Christoph Winterhalter, président du comité exécutif du DIN.

Olivier Peyrat, directeur général d’AFNOR © Hubert Mouillade

Si la normalisation volontaire est essentielle pour le Marché unique dans son ensemble, elle peut également soutenir la mise en œuvre de politiques et coopérations spécifiques. En ce qui concerne la mobilité transfrontalière durable, innovante et accessible, le traité mentionne à juste titre qu’il existe un besoin de normes volontaires communes. Certaines de ces normes volontaires existent déjà ou sont en cours d’élaboration : le but est non seulement de garantir l’interopérabilité entre la France et l’Allemagne, mais également de donner un avantage compétitif à nos industries sur les marchés internationaux en promouvant des normes volontaires européennes.

Un partenariat sur les bonnes pratiques journalistiques

La future coopération sera facilitée par les liens étroits forgés par un demi-siècle de partenariat entre la France et l’Allemagne. L’amitié franco-allemande a donné naissance à un « un réseau sans précédent de relations bilatérales », comme mentionné dans le préambule du traité, à tous les niveaux de la société et du gouvernement. La normalisation volontaire ne fait pas exception. Les contacts entre les équipes du DIN et d’AFNOR sont fréquents à tous les niveaux, en commençant par le sommet : « les relations personnelles entre les dirigeants du DIN et d’AFNOR sont empreintes de confiance », dit Christoph Winterhalter. Cela se reflète sur la scène européenne : AFNOR et le DIN échangent souvent leurs vues en amont sur les questions importantes concernant la normalisation volontaire européenne. Au niveau européen, « le DIN est le plus susceptible de soutenir AFNOR sur des sujets que les parties prenantes françaises estiment stratégiques », souligne Olivier Peyrat, directeur général d’AFNOR.

La coopération en cours a conduit à des réalisations concrètes, telles que le travail sur les bonnes pratiques journalistiques. En partenariat avec la « Journalism Trust Initiative » (Initiative pour la fiabilité de l’information), conduite par Reporters Sans Frontières, le DIN et AFNOR ont initié un atelier européen (CEN Workshop Agreement) visant à définir une charte d’autorégulation des médias et des bonnes pratiques pour les producteurs de contenu journalistique, afin de lutter contre la désinformation. Cette initiative illustre pleinement comment la normalisation volontaire et le couple franco-allemand peuvent agir de concert pour répondre aux grands défis mondiaux actuels.

Contact presse :

AFNOR : Olivier Gibert, 01 41 62 84 17 – olivier.gibert@afnor.org 
DIN : Andrea Schröder, +49 30 2601-2480 – andrea.schroeder@afnor.org

A propos d’AFNOR

AFNOR est l’organisme français de référence pour les normes volontaires. Il gère la collection des documents qui existent et anime les travaux des parties intéressées pour la création, la révision des normes et pour défricher les sujets pouvant donner matière à en élaborer de nouvelles. Lancée à l’initiative des acteurs du marché, la norme volontaire est un cadre de référence qui vise à fournir des lignes directrices, des prescriptions techniques ou qualitatives pour des produits, services ou pratiques au service de l’intérêt général. Tout le monde peut participer à sa création et toute organisation peut ou non l’utiliser et s’y référer. C’est pourquoi la norme est dite volontaire. En coordinateur de la normalisation en France, AFNOR affiche une ambition : contribuer à la diffusion de bonnes pratiques et de solutions efficaces, au bénéfice de tous. normalisation.afnor.org

A propos du DIN

Le DIN (Deutsches Institut für Normung) est l’organisme de normalisation portant la voix de l’Allemagne sur la scène internationale. Il agit aux côtés des acteurs de l’industrie, de la recherche et de la société en général pour donner un cadre propice aux innovations sur les marchés d’aujourd’hui et de demain, autour de sujets d’avenir comme l’industrie 4.0 ou la ville durable. Le DIN coordonne le travail de quelque 33 500 professionnels, représentants d’associations de consommateurs et acteurs du secteur public impliqués dans l’élaboration de normes volontaires. Il assure cette mission au bénéfice des échanges commerciaux et veille à ce que ceux-ci visent les plus grandes exigences de qualité, de protection de l’environnement, de sécurité et de fluidité dans la communication. www.din.de