Général

Qui est concerné par le port de « masque barrière » ?

Le masque barrière est un masque en tissu destiné au public et notamment à toute personne saine ou asymptomatique. L’usage d’un masque barrière n’exonère aucunement l’utilisateur de l’application systématique des gestes barrières, qui sont essentiels, ainsi que des règles de distanciation sociale visant à lutter contre les infections virales. Ce dispositif n’est pas destiné à être utilisé par les personnels soignants au contact des patients. Les masques filtrants de type FFP2 et les masques à usage médical (ou chirurgicaux) ont vocation à être utilisés et réservés au personnel de santé.

Logo masque grand public, document AFNOR sur les masques barrières : comment ça marche ?

Le document AFNOR Spec – Masques barrières publié le 27 mars permet à des particuliers et des industriels de fabriquer des masques grand public de catégories 1 et 2, pour atteindre les objectifs définis le 29 mars par une note interministérielle. Le 27 avril, le ministère de l’Economie a présenté un visuel qui doit être apposé sur les masques grands publics (ou leur emballage) produits par les industriels qui peut démontrer qu’ils respectent les critères de filtration et de respirabilité conformément au cadre fixé par l’Etat. Ce visuel existe en différentes versions disponibles ici.

D’autre part, il est tout à fait possible pour un fabricant de décliner le logo avec un nombre de lavages différent. Le plus simple reste d’écrire que le logo dépend du nombre de cycles de lavages pour lequel les performances sont garanties

Puis-je fabriquer des masques pour les enfants ?

Le document AFNOR Spec – Masques barrières propose, depuis le 28 avril, des patrons pour élaborer des masques pour les enfants de plus de 7 ans. Ce seuil a été défini en suivant les recommandations des médecins réunis par AFNOR, dans le cadre du travail collectif réalisé par près de 150 experts.

Homologation, certification, test de masques : comment ça marche ?

Les entreprises qui fabriquent des masques en tissu peuvent s’appuyer sur le document AFNOR Spec – Masques barrières pour lancer leur fabrication. Ce document propose aussi un protocole de test, lequel est mis en œuvre aujourd’hui par la DGA et l’IFTH. Les entreprises fabricantes envoient donc leurs masques à des laboratoires recensés par l’Etat (la liste sera prochainement disponible ici) pour qu’ils réalisent des tests de leurs masques, afin d’avoir la confirmation que lesdits masques apportent bien le niveau de performance attendu. AFNOR ne réalise pas d’homologation ni de tests en propre et ne propose pas aujourd’hui de certification de produit.

Que penser des autres modèles de masques ?

D’autres modèles de masques préexistaient au modèle de masque barrière. Tous les masques en tissus contribuent à améliorer la protection des personnes qui respectent les gestes barrières. Il convient néanmoins d’être vigilant aux modèles comportant une ou plusieurs coutures verticales, le long du nez, de la bouche et du menton. Cette solution n’a pas été retenue par les experts lors de la rédaction de l’Afnor Spec (risque de fuite par la couture).

Y-a-t-il une équivalence de protection entre les masques barrières et les masques FFP2/masques chirurgicaux ?

Non, il s’agit de masques différents. Un masque FFP est un appareil de protection respiratoire (norme NF EN 149). Il est destiné à protéger celui qui le porte à la fois contre l’inhalation de gouttelettes et des particules en suspension dans l’air, qui pourraient contenir des agents infectieux. Le port de ce type de masque est plus contraignant (inconfort thermique, résistance respiratoire) que celui d’un masque chirurgical.

Il existe trois catégories de masques FFP, selon leur efficacité (estimée en fonction de l’efficacité du filtre et de la fuite au visage). Ainsi, on distingue :

  • Les masques FFP1 filtrant au moins 80 % des aérosols (fuite totale vers l’intérieur < 22 %).
  • Les masques FFP2 filtrant au moins 94 % des aérosols (fuite totale vers l’intérieur< 8 %).
  • Les masques FFP3 filtrant au moins 99 % des aérosols (fuite totale vers l’intérieur < 2 %)

Un masque chirurgical est un dispositif médical (norme NF EN 14683). Il est destiné à éviter la projection vers l’entourage des gouttelettes émises par celui qui porte le masque. Il protège également celui qui le porte contre les projections de gouttelettes émises par une personne en vis-à-vis. En revanche, il ne protège pas contre l’inhalation de très petites particules en suspension dans l’air. On distingue trois types de masques :

  • Type I : efficacité de filtration bactérienne > 95 %.
  • Type II : efficacité de filtration bactérienne > 98 %.
  • Type IIR : efficacité de filtration bactérienne > 98 % et résistant aux éclaboussures.

Les masques barrières n’ont pas les performances des FFP2. Les entreprises devront évaluer au cas par cas si ces masques barrières sont adaptés aux risques encourus sur chaque type de poste de travail. Les personnes doivent ajuster ces masques au-dessus du nez et sous le menton et respecter les mêmes mesures d’hygiène que pour les autres masques.

Masques de catégorie 1 ou 2 : lequel fabriquer ou commander ?

Tout dépend de l’utilisation prévue. Tous deux peuvent être élaborés en suivant le document AFNOR Spec – Masques barrières. La Direction générale des entreprises fait la différence entre :

  • Les masques dits de catégorie 1 pour les personnes exposées au public dans le cadre de leur travail, comme le sont les postiers, livreurs, agents d’accueil. Ces masques en tissu filtrent plus de 90% des particules émises d’une taille supérieure ou égale à 3 microns.
  • Les masques dits de catégorie 2 pour les personnes ayant des contacts occasionnels, c’est-à-dire la totalité de la population qui respecte par ailleurs les gestes barrières et la distanciation sociale. Ces masques filtrent 70% des particules de 3 microns.

J’ai passé commande et j’ai des doutes sur la qualité des masques

Nous vous invitons à le signaler à la DGCCRF. S’il est dit que le masque suit des recommandations de l’AFNOR Spec – Masques barrières, n’hésitez pas à nous en faire part à l’adresse masquesbarrieres@afnor.org.

Patron pour junior : pourquoi à partir de 7 ans ?

Un nouveau patron de masques barrières a été créé et intégré dans le document AFNOR Spec – masques barrières pour les juniors à partir de 7 ans. Cet âge correspond à l’âge de compréhension et d’acceptation des gestes barrières par l’enfant.

Combien coûte un masque barrière ?

AFNOR, qui ne commercialise pas de masques barrières, ne peut répondre à cette question ; d’autant plus que le prix des masques grand public n’est pas encadré par l’Etat.

La plateforme solidaire des masques barrières, créée par AFNOR, peut vous permettre de trouver des masques à titre gratuit, si les confectionneurs que vous sollicitez se sont engagés à en mettre à disposition dans les conditions de l’opération « Masque solidaire ». Vous trouverez aussi des confectionneurs, dont des artisans, qui en proposent à prix coûtant, soit à un montant qui correspond selon eux à la somme du prix des matières premières, le temps passé et des frais d’envois. Nous espérons que les prix pratiqués soient acceptables, avec une approche solidaire. Si des prix proposés vous semblent abusifs sur la plateforme AFNOR, n’hésitez pas à nous le signaler, en indiquant le nom du confectionneur à l’adresse masquescoronavirus@afnor.org.

Évolution du document

J’ai réalisé des masques selon le document AFNOR du 27 mars, sont-ils toujours valables depuis la mise à jour du 27 avril ?

Oui, la mise à jour du document AFNOR Spec – Masques barrière ne remet rien en cause. Les masques cousus selon les recommandations publiées le 27 mars sont toujours aussi valables.

Pourquoi avoir mis à jour le document AFNOR Spec – Masques barrières ?

Plusieurs publications officielles ont été portées à la connaissance du groupe de rédaction depuis la publication de la version 1.0. de l’AFNOR SPEC S76-001du 27 Mars 2020. Des retours d’expériences ont aussi été nombreux. La mise à jour en tient compte mais ne remet pas en cause les recommandations principales du document ni les modèles de patrons proposés dans la version 1.0.

Quels changements prendre en compte pour confectionner ou fabriquer des masques barrières ?

La version 1.10 du document AFNOR Spec – Masques barrières n’intègre pas de changements majeurs. La principale nouveauté est d’intégrer un modèle de patron pour des masques barrières à destination des enfants de plus de 7 ans. Des références aux avis des autorités sanitaires sont également précisées, avec des liens directs.

Les industriels, qui fabriquent des masques barrières à grande échelle, pourront s’appuyer sur de nouvelles recommandations pour distinguer l’efficacité de filtration par rapport au seuil de 3 microns. Des précisions sur les exigences d’efficacité de filtration du matériau ont été également apportées.

Je suis réticent.e à l’idée de communiquer mes données personnelles

Notre formulaire de téléchargement a été conçu dans le respect du RGPD. Laisser vos coordonnées pour télécharger AFNOR Spec S76-001 présente l’avantage de pouvoir être tenu.e au courant des évolutions du document, dont la version du 27 mars 2020 est une version 1.0. Vous avez aussi la possibilité de demander à ce qu’AFNOR supprime vos données personnelles.

Serai-je tenu au courant de la sortie d’une nouvelle version d’AFNOR SPEC S76-001 ?

Oui, par e-mail, dans la mesure où vous avez consenti à communiquer vos données dans le cadre décrit ci-dessus.

Matériaux/essais/performance

La liste des jeux de brides est-elle complète et peut-elle être plus claire ?

La liste des brides est incomplète actuellement. Elle va être complétée au gré des résultats des retours d’expérience et des essais menés en laboratoire. Des mises à jours seront proposées sur le site et dans une version amendée d’AFNOR Spec

Puis-je utiliser un sac aspirateur ou un filtre à café comme matériau filtrant ?

Malgré leur bonne capacité filtrante, ces types de filtres ne répondent pas à l’exigence du paragraphe 5.1.8 « Innocuité de l’air inhalé ». En effet, ces matériaux sont susceptibles de libérer dans l’air inhalé des substances irritantes pouvant causer un risque d’allergie (en particulier de crises d’asthme grave) et/ou de toxicité. De plus, ces types de filtres ne présentent pas de bons résultats en termes de respirabilité. Cette configuration ne permet peut-être pas d’avoir un masque lavable en fonction des matériaux envisagés.

Le niveau de filtration dans AFNOR Spec mentionne des tests avec des particules de taille allant jusqu’à 3µm, ce qui supérieur à la taille du virus du Covid-19. Le masque est-il donc vraiment efficace ?

Le virus est véhiculé dans des micro-gouttelettes, de tailles largement supérieures à celle du virus lui-même, c’est pourquoi le masque assure bien une capacité de rétention relative, en complément des gestes barrières.

Je manque de matériels de couture : comment puis-je m’en procurer ?

Dans les commerces spécialisés : depuis le 24 avril, le gouvernement a autorisé l’ouverture des commerces de détail de textiles en magasin spécialisé. Les magasins concernés sont ceux qui commercialisent à titre principal des tissus, textiles, fils et autres articles de couture. Il s’agit de permettre à chaque Français qui le souhaite de se procurer les matières premières nécessaires à la confection de masques ou d’autres équipements de protection textile en vue du déconfinement.

Sur la plateforme solidaire https://masques-barrieres.afnor.org : si vous vous enregistrez en tant que couturier ou couturière proposant des masques barrières, vous accéderez à des donneurs de matière première.

Puis-je acheter du tissu hors vendeurs industriels pour confectionner mon masque barrière ?

Il existe de nombreux vendeurs particuliers. L’essentiel étant de veiller à bien respecter le grammage et la qualité de tissu recommandés par le document Afnor Spec – masques barrières pour confectionner un masque barrière efficace.

Confection

Quels tissus utiliser pour élaborer un masque barrière ?

Le document AFNOR Spec peut s’appuyer sur différentes combinaisons d’étoffes, qui ont fait l’objet d’essais dont les résultats sont accessibles ici et également ici

Les retours d’expériences d’artisans et de particuliers avertis nous permettent de partager avec vous des recommandations complémentaires, afin de faciliter le choix des matériaux à partir du critère d’accessibilité (disponibilité, prix)

Ce que l’on peut conseiller :

Pour réaliser un masque de catégorie 1 (90% de filtration) :

  • couche 1: coton 90g/m2
  • couche 2: non tissé 400g/m2
  • couche 3: coton 90g/m2

Plus technique :

  • Couche 1 : 100% coton 115 g/m²
  • Couches 2, 3 et 4 : 100% pp (polypropylène non tissé) spun bounded NT-PP 35 g/m² (très fine),
  • Couche 5 : 100% coton 115 g/m²

Pour réaliser un masque de catégorie 2 (70% de filtration) :

  • couche 1: coton 90g/m2
  • couche 2: non tissé 200g/m2
  • couche 3: coton 90g/m2

A défaut d’avoir accès à ces étoffes, misez sur la complémentarité: le filtre est plus efficace si l’on choisit trois étoffes différentes

  • 1 coton épais, type torchon de cuisine
  • 1 polyester : type t-shirt technique, pour le sport
  • 1 petit coton : type chemise

Pour estimer la densité surfacique d’un morceau d’étoffe :

  • Peser le morceau d’étoffe sur une balance de ménage (en grammes)
  • Mesurer le morceau d’étoffe (largeur et longueur, en mètre)
  • La densité est = masse de l’étoffe / largeur x longueur

Exemple :
Le coton d’un torchon de cuisine en coton de dimensions (50 x 70 cm) qui pèse 80 grammes a une densité surfacique de 80 / 0,50 x 0,70 = 228 g/m2

Ce qui est déconseillé:

L’assemblage coton/ouatine/coton ne semble pas apporter les performances attendues. Le jean, la toile cirée et le tissu enduit sont également à éviter pour des raisons de respirabilité.
Niveau faisabilité, le jersey est à écarter également.

Dans la perspective des chaleurs d’été : évitez d’utiliser la polaire et la cretonne rugueuse

Comment savoir si le masque barrière est performant ? Le test de la flamme ?

Le test de la flamme sur laquelle on souffle à travers le masque ne donne aucune indication sur l’efficacité de filtration du masque. Il permet néanmoins d’avoir une idée de son étanchéité et donc de la respirabilité. Si la flamme ne bouge pas du tout, le masque sera vraisemblablement difficile à supporter dans des situations de la vie courante. Si vous avez du mal à supporter un masque en étant au calme, celui-ci sera certainement inadapté lors d’une marche soutenue ou d’une discussion par exemple. Vous vous exposez alors au risque de devoir l’enlever de manière précipitée, sans être en mesure de pouvoir vous laver les mains immédiatement après.

N’oubliez pas qu’un masque barrière n’a pas vocation à apporter un niveau de protection similaire à un masque FFP2 : il est destiné au grand public, dans des situations de travail (hors fonction médicale) et en complément de la distanciation sociale et des gestes barrières.

Puis-je intégrer une barrette nasale dans mon masque, comment faire et quel matériau utiliser ?

Cette question est revenue à plusieurs reprises. Elle est soumise à nos experts. Il convient d’être vigilant à plusieurs points : la barrette doit être protégée afin de ne pas risquer un contact avec le porteur. Le matériau doit supporter le cycle de lavage (cycle coton à 60 °C). Nous avons soumis cette problématique à nos experts et espérons être en mesure de délivrer plus de précisions sur le site et dans une version amendée d’AFNOR Spec.

Je fabrique un masque barrière selon les recommandations du document AFNOR Spec – Masques barrières. Puis-je le mentionner ?

Celui ou celle qui suit les recommandations de l’AFNOR Spec – Masques barrières peut apposer la mention « Masque barrière AFNOR SPEC S76-001 », comme l’autorise la spécification sur les masques barrières (partie 7 – Marquage et notice d’information). Cette mention peut apparaître sur la notice, l’emballage ou le masque.

Je suis industriel, à quels textes me fier pour ma production de masques grand public ?

AFNOR a élaboré une spécification permettant de guider la fabrication de masques publics. Le respect de l’AFNOR Spec S76-001 n’est pas obligatoire mais est un moyen privilégié pour produire des masques conformes au cadre exposé sur cette page.

Vous pouvez donc vous appuyer sur le document AFNOR Spec – Masques barrières et le mentionner sur votre masque, son emballage ou sa notice, avec la mention « Masque barrière AFNOR SPEC S76-001 ». Vous devez ensuite suivre le cadre du dispositif géré par l’Etat : des laboratoires recensés par l’Etat dont la DGA et l’IFTH (la liste sera étendue et prochainement disponible ici) réaliseront des tests sur vos masques, afin d’avoir la confirmation que les dits masques apportent bien le niveau de performance attendu. Un visuel devra ensuite être apposé sur les masques (ou leur emballage). Ce visuel existe en différentes versions disponibles ici

D’autre part, il est tout à fait possible pour un fabricant de décliner le logo avec un nombre de lavages différent. Le plus simple reste d’écrire que le logo dépend du nombre de cycles de lavages pour lequel les performances sont garanties.

AFNOR ne réalise pas d’homologation ni de tests en propre et ne propose pas à ce jour de certification de produit concernant ce type de masques.

Je suis artisan, comment produire des masques grand public ?

Comme un industriel, vous pouvez utiliser le document AFNOR Spec – Masques barrières qui livre des recommandations, des patrons et des tissus à privilégier. Vous pouvez ensuite l’indiquer sur le masque, son emballage ou la notice que vous pourriez livrer, avec la mention « Masque barrière AFNOR SPEC S76-001 ». En tant qu’artisan, vous n’êtes pas soumis à l’obligation d’une homologation et pouvez commercialiser les masques confectionnés. Les utilisateurs, qu’ils soient des particuliers, des entreprises ou des collectivités, pourront les utiliser librement, sans risque de contravention de la part des autorités.

Que vous soyez artisan, fabricant industriel ou particulier :

  • Soit le masque produit revendique la conformité aux catégories 1 ou 2 des masques grand public définies par la note du 29 mars disponible sur le site de la DGE. Dans ce cas, l’apposition du visuel est nécessaire et le fabricant doit pouvoir présenter un rapport d’essai montrant que le matériau respecte les deux critères de filtration et de respirabilité
  • Soit le masque ne revendique pas cette conformité et alors il n’y a pas d’obligation particulière, ni d’interdiction.
Utilisation

Combien de masques doit-on prévoir par jour ?

Le document AFNOR recommande d’utiliser un masque barrière pendant un maximum de 4h. Chaque personne qui travaille hors de son domicile peut par conséquent en prévoir 3 par jours : 1 pour le matin, 1 pour l’après-midi et 1 éventuellement de secours. Nota bene : n’oubliez pas de vous laver les mains ou d’utiliser un gel hydroalcoolique avant de mettre un masque et une fois que vous l’avez enlevé.

Combien de fois puis-je utiliser/laver mon masque barrière fait maison ?

Le document AFNOR Spec fixe comme critère qu’un masque barrière doit a minima être en capacité de subir 5 lavages et séchages. C’est un seuil minimal réaliste, selon les experts réunis, pour un masque réalisé à partir de tissus non professionnels, récupérés ici et là. Au-delà du tissu, c’est la confection qui pourra montrer des signes de faiblesse le plus rapidement. Un masque cousu main par exemple devrait être, par nature, moins solide qu’un masque cousu à la machine. Pour les masques grand public réalisés par des industriels du textile, les seuils de lavage sont plus élevés : 10, 20, 30 lavages ou plus peuvent être revendiqués. Dans tous les cas, chaque masque en tissu lavé doit être inspecté avant d’être réutilisé.

Comment laver un masque barrière usagé ?

Le document AFNOR Spec – Masques barrières reprend les recommandations définies par les autorités sanitaires. L’avis de l’ANSM révisé le 21 avril mentionne qu’un masque usagé doit être lavé en machine avec une lessive classique, à 60 degrés pendant au moins 30 minutes. Le séchage est à réaliser soit via un sèche-linge, soit à l’air libre, avant un repassage à la vapeur à une température n’abîmant pas le tissu.

Puis-je utiliser un fer à repasser ou à vapeur pour l’entretien de mon masque ?

Oui, pour retirer des éventuels plis après lavage et finaliser le séchage. Une attention particulière doit être portée à ne pas endommager les composants du masque, notamment les brides en élastique. Attention le passage du fer à repasser ne peut se substituer à un lavage tel que recommandé par les autorités sanitaires.

Puis-je utiliser un sèche-cheveux pour l’entretien de mon masque ?

Un sèche-cheveux n’est pas adapté pour procéder à un nettoyage (privilégiez le lavage en machine à 60°C pendant 30 minutes minimum). Il peut néanmoins être utile pour finaliser le séchage d’un masque barrière, mais prenez garde : la mauvaise maîtrise du niveau de température peut dégrader la matière filtrante, surtout si celle-ci est thermosensible.

Dois-je désinfecter ma machine à laver avant de laver des masques barrières ?

Il s’agit d’une recommandation additionnelle : faire un lavage à vide préalable est nécessaire si, lors d’un cycle précédent, vous avez malencontreusement ajouté un masque usagé avec d’autres vêtements, lors d’un lavage avec une température inférieure à 60°C. Si vous lavez tous vos masques selon les recommandations des autorités sanitaires (60°C pendant au moins 30 minutes), vous n’avez pas besoin de réaliser un lavage à vide préalable.

Peut-on laver des masques barrières utilisés avec d’autres vêtements ? Doit-on laver immédiatement des masques immédiatement après utilisation ?

Oui, vous pouvez par exemple laver vos masques utilisés en même temps des draps ou des serviettes, qui acceptent souvent un lavage à 60°C. Il est important que l’aspect mécanique du lavage soit préservé. Vous pouvez stocker les masques utilisés dans un contenant spécifique (sac en plastique propre et refermable), comme précisé dans le document AFNOR Spec, et regrouper les lavages.

Peut-on faire bouillir les masques pour les nettoyer ?

Faire bouillir votre masque barrière pour le nettoyer peut endommager les tissus. Cette pratique n’est pas recommandée : privilégiez le lavage en machine à 60 degrés pendant au moins de 30 minutes.

J’ai de la buée sur mes lunettes quand je porte mon masque, comment faire ?

Quand le port des lunettes n’est pas ponctuel, il peut apparaître de la buée. Cela est dû à un manque d’étanchéité du masque au niveau du nez. Quand le masque est équipé d’une barrette nasale, il est alors conseillé de bien plaquer le masque au niveau de l’arête du nez.

Dans le cas des masques en tissus confectionné soi-même, il est possible de prévoir l’ajout d’une barrette nasale lors de la confection. Exemple de réalisation dans la vidéo (explications à partir de 14 min 30)

Différentes solutions de barrette peuvent être proposées, telles que : un lien de fermeture de sac congélation ou un petit fil métallique enrobé de plastique.

Dans tous les cas, il convient de s’assurer de ne pas utiliser des solutions risquant de blesser l’utilisateur (ne pas utiliser de matériaux trop rigides, ou présentant une arête vive). Le matériau doit résister au lavage lors de l’entretien du masque.

J’ai confectionné des masques barrières et souhaite en donner à des personnes qui en ont besoin. Comment faire ?

Si vous souhaitez mettre à disposition gracieusement des masques conçus selon les recommandations du document AFNOR Spec – Masques barrières, enregistrez-vous sur notre plateforme solidaire, qui met en relation offreurs et demandeurs, par géolocalisation : https://masques-barrieres.afnor.org

Attention : se référencer sur cette plateforme n’équivaut pas à une homologation ou à une certification de la part d’AFNOR.

Je suis un particulier, comment choisir un masque barrière ?

Vous pouvez questionner l’offreur, qu’il soit particulier, artisan ou industriel, pour s’avoir s’il a suivi les recommandations de l’AFNOR Spec – Masques barrières. A-t-il choisi des matériaux parmi ceux recommandés ? Suit-il le modèle de masque à plis ou celui à bec de canard ? N’hésitez pas à nouer le dialogue : si le confectionneur a suivi toutes les recommandations, le résultat final apportera la performance globale attendue.

Je suis un particulier, puis-je utiliser un masque barrière dans l’espace public ?

Vous avez fait confiance aux recommandations d’AFNOR pour élaborer un masque pour vous, un ami en a fait de même et vous a offert un masque selon ce modèle. Vous pouvez tout à fait utiliser ce masque demain pour utiliser les transports en commun ou circuler sur la voie publique

Puis-je porter immédiatement un masque neuf ?

Il est recommandé de laver un masque neuf avant sa première utilisation, que vous ayez confectionné vous-même le masque, qu’on vous l’ait offert ou que vous l’ayez acheté à un artisan ou dans un commerce. Cela vous permet de mettre en pratique les consignes d’entretien délivrées par les autorités sanitaires. C’est aussi important pour vous assurer que le masque en question est sain : il est en effet possible qu’il soit porteur d’un virus, quel qu’il soit, à cause des conditions de transport ou du conditionnement réalisé. Laver votre masque avant sa première utilisation permet aussi de réduire les risques d’allergies potentiellement causés par les étoffes neuves.

Disponibilité du document

Je suis réticent.e à l’idée de communiquer mes données personnelles

Notre formulaire de téléchargement a été conçu dans le respect du RGPD. Laisser vos coordonnées pour télécharger AFNOR Spec S76-001 présente l’avantage de pouvoir être tenu.e au courant des évolutions du document, dont la version du 27 mars 2020 est une version 1.0. Vous avez aussi la possibilité de demander à ce qu’AFNOR supprime vos données personnelles.

Serai-je tenu au courant de la sortie d’une nouvelle version d’AFNOR SPEC S76-001 ?

Oui, par e-mail, dans la mesure où vous avez consenti à communiquer vos données dans le cadre décrit ci-dessus.

Vous avez des suggestions d’amélioration ou des questions sur le document, sur les points suivants ?