Signalisation des risques d’avalanche : des pictogrammes vont remplacer les drapeaux

Signalisation des risques d’avalanche : des pictogrammes vont remplacer les drapeaux

Cet hiver, de nouveaux pictogrammes et messages-types font leur apparition dans les stations de sports d’hiver, pour mieux informer les adeptes du hors-piste sur les niveaux de risques d’avalanches estimés par Météo France. Applications smartphone, écrans numériques, ils remplaceront progressivement les drapeaux.

Les professionnels de la montagne sont, chaque saison, soucieux d’informer les skieurs et snowboarders sur les risques d’avalanche. L’enjeu est d’apporter une information précise, fiable, compréhensible, au bon endroit et au bon moment, afin de prévenir les adeptes du hors-piste en cas d’instabilité du manteau neigeux.

C’est désormais plus facile grâce à de nouveaux pictogrammes formalisés fin 2016 sous l’égide d’AFNOR. Chacun symbolise l’un des cinq niveaux de risques d’avalanche (très fort, fort, marqué, limité, faible) fixés à l’échelle européenne, contre seulement trois drapeaux actuellement. Cette harmonisation européenne était nécessaire du fait du nombre important de pratiquants étrangers dans les stations, surtout dans les domaines à cheval sur plusieurs pays.

Faible

Conditions généralement favorables.

Limité

Instabilité limitée le plus souvent à quelques pentes.

Marqué

Instabilité marquée, parfois sur de nombreuses pentes.

Fort

Forte instabilité sur de nombreuses pentes.

Très fort

Conditions très défavorables.

Les pictogrammes sont assortis d’un code couleur et de messages informatifs clairs sur l’importance et l’étendue des risques. Ils sont d’ailleurs traduits en anglais, allemand, italien, catalan et néerlandais et pourront être déclinés sur les applications smartphone des stations, les réseaux sociaux et les écrans d’information au pied des remontées mécaniques.

La fin des drapeaux d’avalanche

« Les trois drapeaux d’avalanche actuels – jaune, damier jaune et noir, noir – pourront être utilisés pendant encore trois ans, avant de laisser place aux cinq pictogrammes intégrés à des supports plus modernes », précise Serge Riveill, chargé de mission des Domaines Skiables de France. « Un affichage traditionnel sera toujours possible, mais les stations concernées par les problématiques d’avalanches saisiront l’opportunité du numérique pour mieux diffuser ces informations importantes aux pratiquants de hors-piste», ajoute-t-il. Les auteurs du projet souhaitent une meilleure prise de conscience de la part des skieurs : « le risque 3 que tout le monde connaît sous la forme de drapeau à damier jaune et noir était trop banalisé », explique Serge Riveill. « Lors des dix dernières années, près de la moitié des accidents en hors-piste ont eu lieu lors d’un épisode de risque 3. Le nouveau pictogramme, avec ses deux points d’exclamation, va plus attirer l’attention », espère le membre de la commission AFNOR.

Initié par les Domaines Skiables de France et l’ANMSM (Association Nationale des Maires de Stations de Montagne), le projet a été mené en moins de trois mois par un groupe de travail animé par AFNOR, organisme spécialiste des normes volontaires, composé de représentants des maires de stations, de Météo France, de représentants de l’Etat et de professionnels de la montagne.

Ce dispositif d’information a déjà été testé en stations[1] et sur les réseaux sociaux auprès d’un échantillon d’environ 1 500 personnes du 15 février au 15 avril 2016. 75 % des personnes interrogées ont trouvé le dispositif plus lisible que la signalétique utilisée jusque-là.

> Acheter le document AC S52-092 qui détaille l’ensemble du dispositif d’information sur les risques d’avalanches

A propos d’AFNOR

AFNOR est l’organisme français de référence pour les normes volontaires. Il gère la collection des documents qui existent et anime les travaux des parties intéressées pour la création, la révision des normes et pour défricher les sujets pouvant donner matière à en élaborer de nouvelles. Lancée à l’initiative des acteurs du marché, la norme volontaire est un cadre de référence qui vise à fournir des lignes directrices, des prescriptions techniques ou qualitatives pour des produits, services ou pratiques au service de l’intérêt général. Tout le monde peut participer à sa création et toute organisation peut ou non l’utiliser et s’y référer. C’est pourquoi la norme est dite volontaire. En coordinateur de la normalisation en France, AFNOR affiche une ambition : contribuer à la diffusion de bonnes pratiques et de solutions efficaces, au bénéfice de tous.

www.normalisation.afnor.org

[1] Les 8 stations pilotes du projet étaient : La Plagne, Les Ménuires, Les Grands Montets (Chamonix), Le Brévent (Chamonix), Châtel, Le Corbier (Les Sybelles), Saint-Jean d’Arves (Les Sybelles), Montgenèvre.