PFUE 2022 : un nouveau souffle pour la normalisation

Le 30 juin 2022, la France a transmis à la République tchèque la présidence du Conseil de l’Union européenne. Durant ce semestre bleu-blanc-rouge, le groupe AFNOR a défendu la normalisation volontaire comme arme stratégique pour la souveraineté économique de l’Europe, et pour faciliter sa double transition verte et numérique.

AFNOR et ses adhérents ont porté, entre autres, trois sujets labellisés PFUE2022 par le Secrétariat général à la présidence française de l’UE, pour leur intérêt économique et sociétal : l’égalité entre les femmes et les hommes, les projets de normalisation dans les domaines de l’intelligence artificielle (IA) et la stratégie de normalisation de la Commission européenne.

Ces projets constituaient une opportunité pour la France de réussir un coup double : définir des références communes à l’échelle des 27 et les porter sur la scène internationale. Ce semestre de présidence a aussi permis de donner un coup de projecteur sur le rôle de la normalisation volontaire dans la quête d’une plus grande souveraineté économique en Europe, en tant qu’assembleur de bonnes pratiques pour faciliter sa double transition verte et numérique.

A ce titre, le commissaire au marché intérieur, Thierry Breton, a exhorté tous les acteurs économiques à s’en emparer et à s’y investir, après une période où l’Europe a délaissé son statut de « standard-setter » au profit d’autres, la Chine en tête. « Le temps est venu de reprendre son destin en main », encourage-t-il.

Qui sera votre Chief Standardization Officer ?

La Commission européenne elle-même a désigné un « Chief Standardization Officer », chargé de veiller à ce que les instances de normalisation volontaire puissent développer des normes en réponse aux priorités industrielles de l’UE sans que des acteurs extra-européens puissent faire blocage.
Mais plus largement, tous les acteurs économiques, des grands groupes aux TPE, sont invités à consacrer davantage de ressources à l’outil normatif. Qui sera votre monsieur ou madame normalisation ? Pourquoi et comment s’investir dans les normes volontaires ? Vous trouverez toutes les informations ici.

Au sein de l’Union européenne, la France tient son rang. Si l’on compte le nombre de comités de normalisation dont il détient l’animation au CEN et au Cenelec, l’Hexagone est sur la 2e marche du podium, derrière l’Allemagne. Au niveau international, il est 3e, en moyennant les comités animés à l’ISO (filière générale) et à l’IEC (filières des électro-technologies).

Les temps forts AFNOR

T’es pas standard ? T’es dans le brouillard ?

En 2021, la France est 2e au hit-parade des pays européens faiseurs de normes. De normes volontaires ! Sans normes volontaires, impossible de savoir quelles sont les bonnes pratiques : « si t’es pas standard, t’es dans le brouillard » ! Elaborés par les professionnels du secteur concerné sous la supervision d’AFNOR, les standards français sont souvent voués à devenir des standards européens, voire des standards mondiaux. Voici quelques exemples en images, à retrouver sur le réseaux sociaux.

Egalité femmes-hommes

Intelligence artificielle

Usine du futur

Univers de la cigarette électronique

Les nanotechnologies