l’audit énergétique en entreprise génère 20 à 30 % d’économies

l’audit énergétique en entreprise génère 20 à 30 % d’économies

AFNOR Energies dévoile une analyse de 72 rapports d’audits énergétiques menés par ses soins dans des entreprises de 2015 à 2016. Economies réalisées, bonnes pratiques observées, recommandations les plus suivies… Revue des enseignements livrés par cette >étude exclusive.

La réglementation française* fixait au 5 décembre 2015 la première échéance pour que toutes les grandes entreprises réalisent un audit énergétique, avant de le reproduire tous les quatre ans. Sont concernées les entreprises de plus de 250 salariés ou cumulant les deux conditions suivantes : réaliser un chiffre d’affaires annuel supérieur à 50 M€ et présenter un total de bilan supérieur à 43 M€. Toutefois, l’exercice est également à la portée des organismes, publics et privés, qui n’y sont pas assujettis.

Un potentiel de 20 à 30 % d’économies

AFNOR Energies, en tant que bureau d’études qualifié, a réalisé des audits énergétiques selon la norme volontaire NF EN 16247 et livre ses conclusions suite à l’analyse de 72 rapports émis entre 2015 et 2016. Le principal enseignement est qu’un audit énergétique met en lumière un gisement de 20 à 30 % d’économies, qu’elles soient exprimées en kilowattheures ou en euros. C’est à la lecture des scénarios d’amélioration de la performance énergétique propres à chacun des organismes audités que cette moyenne ressort, et cela, que l’audit se focalise sur les bâtiments et/ou sur les procédés industriels. « Heureuse coïncidence : cette fourchette correspond à l’objectif d’amélioration de la performance énergétique des bâtiments tertiaires prévu dans le projet de décret d’application de la loi Grenelle 2 et de la loi de transition énergétique : – 25 % à échéance 2020 », apprécie Catherine Moutet, responsable d’AFNOR Energies.

Un premier pas vers une approche globale

À la suite d’un audit énergétique, apparaissent plusieurs leviers d’actions d’économies d’énergie. L’auditeur fait des préconisations, qui sont reprises ou non dans un scénario d’amélioration de la performance énergétique. 88 % des actions se focalisent sur le matériel : actions avec le fournisseur d’énergie, sur le bâti, remplacement ou réglage des équipements et conversion aux énergies renouvelables. Seulement 12 % des actions concernent le système de management au sens large : actions de mesure et de vérification, sensibilisation et formation des équipes, déployer l’approche recommandée par l’ISO 50001, la norme internationale de référence en management de l’énergie.

L’étude révèle aussi les principaux leviers d’actions pour réaliser des économies d’énergies dans les bâtiments et au cœur des procédés industriels.

Contact presse pour recevoir l’étude, échanger avec un expert, étudier un cas concret :

Olivier Gibert
Tél: 01 41 62 85 55
Mail: olivier.gibert@afnor.org

Télécharger l’étude

*La loi du 16 juillet 2013, portant sur Diverses Dispositions d’Adaptation au Droit de l’Union Européenne (DAADUE), le décret 2014-1393 et l’arrêté du 24 novembre 2014 définissent les conditions de l’audit énergétique obligatoire. Ils transposent une directive européenne de 2012.

A propos d’AFNOR Energies

AFNOR Energies est un bureau d’études qualifié pour réaliser des audits énergétiques. Il coordonne les activités du groupe AFNOR dans le domaine du management de l’énergie, de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables en collaboration avec les différentes entités qui déploient des solutions de normalisation, d’édition, de formation et de certification, au niveau national et international. www.afnor.org

SUR LE MEME SUJET…