Décliner sa démarche DD en 7 piliers avec l’ISO 26000

La norme ISO 26000 propose une grille de lecture de la thématique développement durable ultra-pratique pour déployer une politique RSE d’entreprise bien structurée, qui ne laisse rien de côté. Publiée en 2010, cette norme volontaire a été élaborée en concertation avec près de 90 pays à travers le monde, dont la France. En 2020, l’ISO a acté le principe d’une révision, afin d’y intégrer de nouvelles notions et de la faire coïncider avec les Objectifs de développement durable de l’ONU (ODD).

ISO 26000 : une grille de lecture à 7 entrées

La norme volontaire ISO 26000 s’articule autour de 7 questions centrales :

  • La gouvernance de la structure
  • Les droits humains
  • Les conditions et relations de travail
  • La responsabilité environnementale
  • La loyauté des pratiques
  • Les questions relatives au consommateur et à la protection du consommateur
  • Les communautés et le développement local.

Non contraignante, l’ISO 26000 s’adapte à tout type d’organisation qui souhaite s’engager dans une démarche de développement durable. Des documents comme le rapport extra-financier  viennent valoriser les engagements de l’entreprise dans cette démarche responsable, soucieuse d’une économie sociale et solidaire.

ISO 26000 : des entreprises conquises

Les effets d’une démarche de RSE sont largement positifs, d’après l’étude menée par le groupe AFNOR auprès de plus de 400 entreprises fin 2019. Les organisations interrogées observent de multiples bénéfices :

  • pour leur image (engagement plus fort des collaborateurs et meilleure attractivité dans 80 % des cas) ;
  • pour leur activité (la RSE est source d’innovation pour 78 % d’entre elles et de différenciation pour 75 %) ;
  • pour leur chiffre d’affaires (en hausse pour 38 % des entreprises) ;
  • pour leur rentabilité (qui augmente dans 40 % des cas).

ISO 26000 : impliquer toute l’organisation

Pour maximiser les retombées, les entreprises nomment dans la majorité des cas un responsable RSE ou une personne en charge du développement durable. Il porte l’ensemble de la démarche et pilote le déploiement des actions. Mais, à tous les niveaux de l’organigramme, les acteurs de l’entreprise ont un rôle à jouer pour faire vivre cette démarche de responsabilité sociale.

L’ISO 26000 constitue aussi une bonne manière de prévenir et maîtriser les risques dans un cadre reconnu. Un comportement transparent et responsable qui joue efficacement sur la performance globale de l’organisation, quelle que soit sa taille et son secteur d’activité.